Blessés de la Révolution arrivés au Qatar : Blackout médiatique pour changer

Jeudi 12 avril, une date à retenir. Un communiqué émis par la Présidence de la République énumère 6 noms. Ça aurait pu être un communiqué anodin et sans réelle utilité comme la majorité des communiqués de la Présidence de la République, sauf que ce n’est pas le cas. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit des noms de 6 blessés de la Révolution, abandonnés à leur sort depuis presque 15 mois. 6 cas graves qui ont du se battre pour leur survie,  abandonnant très souvent l’espoir de retrouver une vie normale, avec pour seul soutien des citoyens bénévoles indignés par la situation, des mécènes et des âmes charitables mettant anonymement leur petite fortune à disposition ou des officiels impuissants qui sont restés incapables de faire prévaloir l’urgence de la situation.

Le jeudi 12 avril, après une mobilisation médiatique efficace certes mais qui a vraiment mais alors là vraiment tardé à venir (à se poser presque des questions), on pouvait lire 6 noms pris en charge pour partir se faire soigner au Qatar. Bon nombre de Tunisiens se sont révoltés contre le choix de la destination. Les plus aigris sont allés jusqu’à se demander s’il ne s’agissait pas d’une manœuvre servant à taire les rapports d’expertise balistique qui, rappelons-le, n’ont toujours pas été rendus publics. Un peu tiré par les cheveux certainement… N’empêche que la Tunisie post-révolutionnaire a prouvé à maintes reprises que les plus aigris avaient bien souvent raison. Passons.

Si Hamdi Ksouri, miraculé, gravement blessé le 13 janvier 2011, a préféré décliner l’invitation au Qatar afin de continuer à se faire suivre par le même médecin résidant aux États Unis, que Chokri Riahi et Wael Krafi l’ont également déclinée préférant continuer à se faire soigner en Tunisie, entièrement pris en charge par des associations et des ONG, Najib Hamzaoui, Nabil Djilani et Bayrem Mouhajer Nsib quant à eux se sont envolés au Qatar dans le nuit du 12 avril et ont atterri chez l’ennemi juré des plus aigris de la nation ce matin très tôt.

A l’aéroport de Dawha, des Tunisiens les attendaient, accompagnés de l’ambassadeur de Tunisie au Qatar et du Président du Conseil des Tunisiens au Qatar. Sur place, aucun correspondant de presse, aucune couverture médiatique et il nous faudra – comme d’habitude – chercher l’information sur le net et précisément sur Facebook. Heureusement pour nous, la page Twenssa Fi Qatar 2 s’est chargée de nous décrire l’arrivée de nos 3 blessés et s’est engagée à couvrir dans les moindres détails le parcours des héros.

L’administrateur de la page témoigne de ce qu’il a ressenti en discutant avec ses 3 compatriotes :

« A leur parler, on ressent une réelle souffrance. Parfois, en regardant l’un d’eux à la télé, tout parait normal mais en se rapprochant d’eux, on ressent leur douleur et la nonchalance qu’ils ont du endurer, surtout celle du gouvernement, gouvernement Sebsi bien évidemment… »

Nous ne demanderons pas à l’administration de la page de quel parti est-il sympathisant. Nous nous suffirons de suivre sa page en espérant, peut-être dans les jours à venir, voir débarquer à Al-Dawha quelques journalistes tunisiens pour nous relater le parcours de nos héros et tenter, pourquoi pas, d’expliquer aux plus aigris le choix du Qatar pour les accueillir.

En attendant, les 6 heureux élus ne sont pas les seuls à avoir besoin de prise en charge. Comme eux, Mohamed Jandoubi et Rached El Arbi ont du attendre et souffrir longtemps avant d’entrevoir la lumière au bout du tunnel. Et la lumière n’est pas venue des phares de la locomotive à vapeur gouvernementale mais d’une âme généreuse qui a offert de les prendre entièrement en charge pour des soins à Paris. Hier, 13 avril, les deux blessés probablement les plus médiatisés de ces dernières semaines, obtenaient leur visa, non sans peine. Une peine que les plus aigris de la nation lient aussi au rapport d’expertise balistique. Paranoïaques et conspirationnistes me diriez-vous ? Fort probablement.

Sinon, c’est quand que le gouvernement et que ses commissions d’enquête daigneront nous fournir les rapports d’expertise balistique ?

 

Par Olfa Riahi

 

 

 

 

One thought on “Blessés de la Révolution arrivés au Qatar : Blackout médiatique pour changer

  1. Ping : Révolution de Jasmin | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s