« Amis progressistes, quel sera le prochain « OS » à ronger ? » par Mouna Allani Ben Halima

Crédit photo : Ons Abid pour J.A

 

Interdire la venue de Wajdi machin chose ? Encore un os à ronger et encore une diversion dans laquelle on plonge ?

Pour occulter les vrais enjeux, les problèmes socio-économiques ?

Pour faire oublier qu’on n’a toujours pas écrit un seul mot de notre constitution, autre enjeu essentiel et pour lequel nous nous sommes tous rendus aux urnes le 23 octobre ?

Je suis complètement perdue là !

Il a fait le PLEIN à la kobba ! C’est peut-être sur la CAUSE de cette affluence qu’on devrait se pencher, plutôt que d’interdire interdire interdire….

8000 Personnes à Tunis, et le plein dans les autres mosquées du pays, je suis éberluée😦

 

Interdire Ghenim est à mon sens une même incohérence qu’interdire les sites pornos. La solution est dans la prévention, pas dans l’interdiction, et c’est une solution LONG TERME.

Le plus constructif est de s’attaquer aux 2 racines du mal : la pauvreté ET l’ignorance. Ce sont ces 2 causes qui créent un public vulnérable et se raccrochant à ce qu’il trouve comme bouée de sauvetage : la religion. Car faut-il rappeler que ce public vulnérable n’a trouvé aucun autre soutien crédible, aucune autre alternalive convaincante, aucune main tendue ou oreille attentive de notre part, nous les progressistes ? Ce rejet avéré de l’autre est condamnable des 2 côtés : les barbus nous rejettent, alors on les rejette ! Mais objectivement ne devrions-nous pas être plus indulgeants avec ces barbus, si on considère que ce sont des « ignorants » (entre guillemets), et moins indulgeants avec notre élite, si l’on considère que ce sont des « savants » (également ente guillemets) ?

S’agiter comme des mouches dans un bocal est néfaste. Réagir au quart de tour pousse à l’intolérance et à l’extrémisme (de gauche), tout en victimisant l’adversaire. Nous continuons à ne pas tirer les enseignements de notre cuisant échec aux élections, à plonger dans les polémiques stériles, les débats qui divisent le pays, et les sujets identitaires qui font le bonheur de nos adversaires ! Comment « vendre » une démocratie à un peuple, en prônant l’interdit par ailleurs ? N’est-ce pas contradictoire ?

 

  • Il y a le rêve irréaliste = Tout le peuple raisonne comme « nous » (élite instruite et économiquement bien portante, majoritairement occidentalisée, éveillée, engagée, informée…)
  • Et il y a la réalité, dure à admettre : nous sommes 0,00001 %, ou disons objectivement 15-20% . Amère constatation : on ne pèse que dalle, nous ne sommes pas représentatifs, notre éducation n’est pas conforme à la moyenne, notre réflexion est déconnectée, nous avons vécu dans une bulle, et l’atterrissage est TRES brusque, on s’est crashé le 23 octobre… La meilleure confirmation de ce constat pour moi est le choc de découvrir que 8000 personnes de nos concitoyens se sont déplacées avec ferveur pour écouter un énergumène qui vit encore au 12ème siècle. Sa venue en Tunisie et ses prêches ne me choquent pas, ce qui me choque est l’écho qu’il a eu sur place. L’ère ZABA a fait plus de ravages que je ne pensais sur le niveau d’instruction de nos jeunes…Par où commencer ? par quoi commencer ? On démarre de zéro, réellement zéro, c’est tellement décourageant !

A mon sens, 3 axes sont incontournables si on veut espérer tirer un bilan positif dans quelques années, et dire que la Tunisie a réussi sa transition démocratique :

 

  1. l’éveil et l’éducation, la culture et l’instruction : les campagnes de port de la ceinture de sécurité en voiture durent depuis 30 ans, et pourtant on continue à avoir des irresponsables qui conduisent sans ceinture. Sauf que leur nombre est en baisse d’une année à l’autre, et ça c’est une vraie victoire, celle de la responsabilité et du bon sens, une victoire lente mais certaine. Il en sera de même pour l’éveil citoyen et démocratique : l’ampleur de la tâche et sa lenteur ne devrait en aucun cas nous décourager, et il est URGENT de démarrer ce travail de longue haleine, en espérant avoir des résultats sensibles dans 10 ans et plus. Une génération entière a été sacrifiée, sauvons les suivantes…
  2. Le chômage et le problème socio-économique : reprendre confiance en l’avenir, redémarrer l’activité économique, essayer de créer de l’emploi, soutenir les efforts d’employabilité des jeunes. C’est également un travail de longue haleine, qu’il est urgent de démarrer. C’est une goutte d’eau, en attendant la reprise de la croissance, mais ce n’est pas avec le débat Ghenim qu’on favorisera cette reprise…
  3. La vigilance : OUI, mais une vigilance RESPONSABLE, évitant la surenchère identitaire et l’élargissement du fossé qui se creuse entre conservateurs et progressistes. Focaliser sur les débats de FOND, et arrêter de plonger aveuglément dans chaque polémique, car cela décrédibilise notre combat et nous affaiblit encore plus ! Comment peut-on défendre notre liberté à nous exprimer, en ôtant à d’autres leur liberté de s’exprimer eux-même, sous prétexte que leur discours ne nous plaisent pas ? Quelle contradiction de permettre les décolletés et d’interdire le Niqab ! Où est la liberté individuelle dans tout ça ?

 

On a passé l’année 2011 à parler de laicité (marche des femmes, ATFD), puis d’athéisme (Nadi el Fani), puis de dénoncer la légalisation du parti Ennahdha, puis d’égalité dans l’héritage et d’abolition de la peine de mort (PDM), Puis de permettre le voile sur les photos de la CIN, puis des prêches de Mourou sur Hannibal, puis du Niqab à l’université, puis de Persépolis, puis de tricheries pendant les élections, puis de légalisation de Hizb Ettahrir…. le tout en permanence saupoudré d’Israël, Palestine, CIA, Mossad, Franc maçonnerie, néo-colonialisme français, impérialisme américain, victimisation des yousséfistes, panarabisme…

Et ça continue après les élections : 6ème Khalifa, Salafistes, Al Maghreb, Nessma, Sejnane, QATAR, le représentant Ennahdha qui tue sa belle soeur à Menzel Temime (démenti), la non-cravate de Marzouki et son burnous, le physique du ministre de l’agriculture, la vidéo de Larayedh, la visite de Haniyé, la nouvelle première dame (démenti), le procès sur le mot « mou2a9at, provisoire », le mariage Orf (démenti de Sihem Badi), et maintenant ce GHENIM !!!  Est-ce pour ces raisons qu’on a fait une révolution ?

 

C’est le fond de ma pensée en ce moment, surtout en constatant au quotidien que ceux qui me représentent continuent à tomber dans les mêmes pièges que ceux qui leur ont été tendus en 2011😦

J’espère changer d’avis dans quelques mois, mais en ce moment je suis assez négative…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s