« Aujourd’hui je revois mon bourreau » par Zakaria Bouguira

 

Aujourd’hui je revois mon bourreau ! Aujourd’hui je revois ce sanguinaire ! Aujourd’hui je suis face à mon tortionnaire !  Mais laissez-moi vous rappeler de qui je parle. Je parle ici d’un certain Issem Dardouri. Un des flics qui m’ont torturé a l’aéroport avec les supporters marocains du widad et voila ce que j’avais écrit sur lui [1] : «  D’ailleurs une scène restera a jamais gravé dans ma mémoire. Alors que j’étais au toilette me laver le visage un marocain était entrain de vomir. Un policier (le baraqué qui est passé a la télé disant qu’il s’est fait agressé) entre et demande a son collègue « c’est un des marocains ? » Ayant appris son identité il court vers lui et saute avec ses deux pieds sur le marocains écrasant sa tête sur la cuvette Il lui écrasa encore la face a plusieurs reprises avec un pied contre la cuvette jusqu’à le laisser dans son sang corps inanimé et tête dans les toilette. Il sort ensuite des toilette et couru vers la chambre des marocains ou son entré ne causa que cris de douleurs et hurlements de paniques. »  Aujourd’hui alors je suis face a cette homme si l’on peut le nommer ainsi. J’étais dans un café non loin du ministère de la terreur (de l’intérieur) à siroter un café avec un ami. On parlait de tout et de rien. Les gens paraissaient heureux et paisibles. Bref rien ne présageait pour moi que ce cauchemar que j’ai tant refoulé allait refaire surface. Mais a la vue de ce monstre tout se bouscula dans ma tête. Mon corps a été soudainement emparé d’une frénésie de tremblement. Ces tremblements commencèrent à mes pieds puis s’étendirent à mes jambes. J’essaye de me contrôler mais  en vain. Voila maintenant que mes mains sont prises elles aussi par ces tressaillements pour gagner finalement tout mon corps.  Mon ami se retourne vers moi ahuris et me demande qu’est ce que j’ai. Je ne peux même pas lui répondre, mon esprit est ailleurs !!  Je revois défiler avec son passage ces deux mois de souffrances. Je me rappels de ces nuits ou je me réveil en sursaut tout en sueur. Je me rappel de ces cauchemars ou les scènes de cet épisode ne font que défiler en boucles. Je me rappel de cette peur innominé sans raison et sans objet qui anime toutes mes journées. Je me rappel de cette loque de cette coquille vide qu’ils ont créé. Je me rappel de ce sentiment d’impuissance lorsque ce cauchemar s’est déroulé. Je me rappel de l’horreur des cris et de toute cette bestialité ! Non je ne pouvais lui répondre, mon esprit etait ailleurs !!  C’est ainsi qu’un instinct bestial s’est réveillé en moi. Une partie animale a surgit et s’est accaparé mon être. Une partie que je connaissais a peine avant. Mon corps continu sa frénésie vibratoire comme si il voulait me dire quelque chose. Je l’entends presque me chuchoter qu’il réclame vengeance. Il réclame justice. Il réclame le tribut du sang. Des images de meurtres me traversent même l’esprit. Je me vois entrain de lui serrer la gorge jusqu’à sentir son larynx craquer sous mes doigts et le voir gisant par terre entrain d’étouffer.  Pourquoi ne l’ai je pas fais ??  Parce que je suis mieux que lui et que je ne descendrai pas à son niveau ? Sottises !!  Parce que j’avais peur des conséquences de cet acte et que je finirai surement en prison ? Baliverne !!  Rien de tout cela ne me traversa l’esprit a ce moment la.  C’était peut être à cause de toutes ces personnes qui croyais en moi. Ces personnes qui sont venues manifester sans même me connaitre pour me libérer un certain 13 novembre. Ces personnes qui grâces a leurs messages et a leurs soutiens m’ont permis un peu de me relever. Ces avocats et ces militants qui m’ont assisté et épaulé jusqu’à même faire parvenir cette affaire au parlement européen.  C’était peut être aussi parce que je pense que cette cause n’était plus seulement celle du petit étudiant en médecine que j’étais. Que c’etait maintenant la cause de deux peuples marocain et tunisien afin que plus jamais la dignité de l’Homme ne soit bafouée. Afin que plus jamais notre police ne se croit au dessus des gens. Pour qu’enfin il y ait un précédent contre ces sauvages. Que plus jamais ils ne se croient impunis !!    Je ne pouvais tout de même rester assis a ne rien faire. Il fallait que je me prouve que j’existais encore. Il fallait que je prouve que dans cette loque humaine que je suis devenu je vivais encore. Il fallait que je sache enfin si toute cette histoire était bien réelle ou juste le fruit cauchemardesque de mon imagination.  Je vais donc vers lui d’un air serein et assuré. Mais je n’étais rien de cela  a l’intérieur. Oui j’avais peur ! Peur qu’une fois de plus il ne me tabasse ! Peur qu’il ne me traine et ne m’emmène au ministère de l’intérieur. Peur qu’encore une fois les policiers cette infamie de la terre ces vermines de l’univers ne laissent leurs marques nauséabondes sur mon corps. Mais cette ordalie était nécessaire à ma renaissance.  Je l’interpelle alors par son nom « Dardouri ! Dardouri ! » Il ne me reconnaît pas au début c’était surement a cause de la casquette.  Je lui demande alors  « tu te rappel de moi ? tu te rappel de moi ? »  La son regard a changé, ses pupilles se sont dilatés et j’ai su qu’il m’avait reconnu !! Pourtant d’un air dédaigneux il me regarde et feint de ne pas savoir.  Je lui rappel alors; la mort dans l’âme; les mots qu’ils disaient de moi « je suis le traitre, je suis l’israélien, je suis celui qui veut détruire le pays » je lui dis encore que je suis celui sur qui lui et 50 de ses amis se sont acharné une certaine nuit de novembre.  Il a compris que je ne lâcherai pas facilement! Il se trouble, il barbote, un vieux tic le prend, il se mord la langue  et me dit « bon ok je t’ai reconnu que veux tu » Il hésite encore a lâcher la bête qui est en lui. Il regarde a droite a gauche il cherche la camera, il cherche le piège. Il ne comprend toujours pas comment j’ai osé lui parler. Il sent un traquenard pourtant je n’avais rien fait de cela (malheureusement).  Puis il se reprend il referme son manteau se dresse le dos et me dit un sourire au coin des lèvres « tu veux quoi ? Tu veux me faire un procès ? Vas-y ! Moi j’ai bien fait mon travail et on verra a la fin » « D’ailleurs tes amis marocains ont fait la même chose et vous n’arriverez a rien »  A l’entendre parler ainsi aussi froidement et aussi détaché qu’il était, je senti une rage immense me submerger j’avais le souffle coupé j’avais qu’une envie c’était de lui casser quelque choses sur la tête! Je ne sais pourquoi mais je voulais exister a ses yeux. Il était devenu mon créateur de par l’immondicité de son acte. Je voulais avoir une reconnaissance de sa part que je n’était pas qu’un objet, qu’un jouet avec le quel il a fait joujou lui et ses amis.   «  C’est ca ton travail ? C’est ca ton travail ? Frapper et torturer des gens sans défenses des gens appréhendés et immobilisé ??  Et tu es fier en faisant ca ? Tu te sens être un homme après ca ??»  Il reste calme même devant mon hystérie Il reste d’un froid glacial sans remord ni regret. « Les marocains étaient des terroristes. Ils ont saccagé l’aéroport Ils méritaient ca. Et personnellement je referais ca avec plaisir. Nous leur seront toujours a l’affut » me répète t’il machinalement.  La colère m’envahit encore plus a la vue que pour ces policiers rien n’a changé qu’ils sont toujours au-dessus de la loi. Je continue donc dans mon hystérie « Non ! Non ! Je m’en fous de ce qu’ils ont fait ! Une fois arrêtés et hors d’état de nuire tu n’as plus le droit de les toucher »  « Et tu vas m’apprendre à travailler ?? Toi ?? » me dit il toujours aussi froidement. Par contre la ma réponse !! O cette réponse j’en suis fier (c’est la seule chose d’ailleur) ! Car vraiment celle la elle l’a énervé « Oui je vais t’apprendre à travailler !! Car tu es mon serviteur !! Tu travail pour moi !! C’est moi le citoyen ton maître qui paye tes salaires »  Un accès de fureur le prend suite a ca. Il me pousse et me dit de continuer mon chemin comme a leur habitudes quand ils ne savent plus quoi faire.  Là la donne avait changé c’était maintenant lui qui était le plus déstabilisé. Je lui dis « Quoi tu vas encore me frapper ?? Frappe je suis prêt je ne ressens plus rien de toute façon »  Il voulait me frapper je le sais je le voyais dans ses yeux. Mais le doute qu’il avait quand a la présence d’une camera le bloquait. Si c’était dans une rue déserte il m’aurait surement trucidé au regard qu’il avait. Mais la c’était trop risqué. Il se ressaisi donc et me répète  « vas en procès et on verra bien ! De toute façon vous ne pourrez rien faire ni toi ni tes amis marocains ! Vous ne réussirez jamais à nous avoir »

Je lui marmonne « Sa7a lik ! Sa7a lik » et je pars. Malheureusement je suis impuissant (encore)! C’est un combat déséquilibré ! Moi je ne suis qu’un simple citoyen sans arme et sans courage peut être aussi.  Mais lui c’est un policier il a tout le poids de l’état et de sa confrérie luciférienne derrière ! Que pouvais-je lui faire ? Que puis-je lui faire maintenant ?  Rien peut être !! Mais à quoi bon être né Homme si c’est pour renoncer devant la force brute ! Voila ce que je me dis. Je continuerai alors mon chemin vers cette utopie de monde sans police et j’essayerai d’y arriver un jour. Mais d’ici la…

 

 

[1] https://www.facebook.com/note.php?note_id=289405554423213

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s