« Le pouvoir est triste. Chapitre 3 : Les mesures actives » par Selim Thabti

Nous sommes le mercredi 18 Janvier 2012. En cette journee riche en (dés)informations et en vidéos créant la polemique pour différentes raisons deja expliquées, voici le dernier chapitre. Nous avions parlé dans un premier chapitre sur les effets néfastes de l’action psychologique pour avoir le pouvoir, le maintenir et le defendre. Dans ce premeir chapitre nous avons traité essentiellement la notion et l’utilisation de la propagande comme étant l’une des trois techniques utilisées par l’action psychologique. Dans le second chapitre nous avions parle de la technique de désinformation comme seconde approche utilisée en meme temps que la propagande durant l’action psychologique; dans celui ci nous finirons par les mesures actives pour la manipulation de masse.

 

La mesure active reuni toutes les opérations directes visant à influencer les recepteurs. Ces mesures peuvent être des assassinats, de la diplomatie coercitive , du chantage sexuel, du terrorisme, du soutien financier de partis politiques, d’infiltration d’organisation de masses , de formation de spécialistes (espions, blogueurs, guerrillas…), de sabotage ou d’aide internationale (associations d’aide humanitaires…)

Ces mesures sont incluses comme actions psychologiques car elles visent une modification de comportements de la part de la cible (individu ou groupe) et non pas sa destruction pure et dure. L’assassinat d’un journaliste dans un pays se fait pour empêcher que les journalistes parlent d’un événement sous peine de mort et non pas dans le but qu’il arrête d’écrire.

L’assassinat psychologique (videos, articles, menaces) ou assinat au sens propre ne s’adresse pas à la victime mais à tous ceux qui sont similaires à elle. Il est bon de noter que ces mesures plus coercitives sont le fruits d’états n’étant pas démocratiques. Plusieurs de ces actions sont supportées par la désinformation (cacher la source des actions ou les traces), par contre, les mesures actives n’utilisent pas obligatoirement le mensonge. L’assassinat d’un journaliste par exemple (ou d’un ministre) pour ne pas que les autres parlent ne contient pas de désinformation dans la mesure où l’état ne cache pas la source de ses actions. Un assassinat sur un journaliste, que les instigateurs déclarent provenant d’un autre groupe contient de la désinformation.

 

L’assassinat: 

 

Un assassinat comme mesure active peut servir à :

  1. renforcer la perception des capacités  et de la volonté politique d’un groupe paramilitaire ou rebelle,
  2. tuer clandestinement certains de ses alliés pour ensuite condamner publiquement les  » massacres  » de son adversaire et ainsi prendre du capital politique,
  3. induire la peur à une élite scientifique ou corporative pour les empêcher de collaborer avec l’adversaire,
  4. assassiner un média afin de forcer les autres journalistes à ne pas aborder une question du problème et
  5. dans une dictature, utiliser l’assassinat pour instiguer la peur et maintenir le pouvoir.

L’intoxication (ou désinformation tactique) est une autre forme de mesure active qui consiste à implanter de fausses informations dans les services de renseignements ennemis ou medias  par l’entremise d’un intoxicateur (articles, videos, ou un agent double). Cette mesure consiste à faire croire aux dirigeants ennemis ce qu’il faudrait qu’il croit pour courir à sa perte soit sur le plan politique (ou militaire). L’intoxication la plus efficace fut faite par les nazis envers Staline  avant la deuxième grande guerre, en lui laissant croire que la majorité de l’état-major russe conspirait contre lui. Plus de 80 % des hauts gradés russes furent fusillés avant la guerre.

 

La subversion est une action qui regroupe l’ensemble des moyens psychologiques ayant pour but le discrédit et la chute du pouvoir établi sur des territoires politiquement ou militairement convoités. Elle vise à susciter un processus de dégénération de l’autorité pendant qu’un groupe désireux de prendre le pouvoir s’engagera dans une guerre  » révolutionnaire « . Un état peut utiliser la subversion afin de créer le chaos dans un pays (étranger) soit pour des raisons politiques ou militaires . Elle est la base du terrorisme et de la guérilla.

Les objectifs de la subversion, sont de démoraliser la population et désintégrer les groupes qui la composent, discrédité l’autorité et neutraliser les masses pour empêcher toute intervention générale en faveur de l’ordre établi.

La subversion utilise les médias de masses pour manipuler l’opinion publique par l’entremise de la  » publicité  » que les nouvelles lui accordent après des actions spectaculaires. Cette publicité survient car elle provoque chez l’auditeur un changement perceptuel envers les antagonistes comme une forme d’identification à l’agresseur. Les autorités sont perçues de plus en plus faibles et irresponsables, tandis que les agents de subversion paraissent plus puissants et plus convaincus de leur cause. L’opinion publique vacillera un jour du côté des agents subversifs . Sans oublier que les groupes subversifs peuvent utiliser la désinformation et la propagande dans les journaux et les radios et surtout les reseaux sociaux leur appartenant pour renforcer la manipulation de l’opinion publique.

De plus, pour atteindre des groupes clefs, les agents subversifs peuvent utiliser plusieurs techniques en plus de la manipulation des médias de masse:  intensifier les revendications légitimes, les besoins ou l’idéologie des groupes désignés, forcer un sous groupes se présentant comme le champion des intérêts du groupe (modèle) à faire des actions directes, mobilisation du groupe s’il y a attaque perpétrée contre un membre du groupe et finalement,  la technique provoquation-répression-appel à l’unité contre la répression.

 

Cette dernière technique se fait en quatre temps :

 

1. acte de brigandage pour forcer l’autorité à être répressive,

2. répression de l’autorité que l’acteur doit faire percevoir comme une menace collective pour le groupe,

3. augmenter le niveau de violence des actions afin d’augmenter la répression de façon circulaire et

4. appel au front commun contre la répression en culpabilisant l’autorité et en justifiant les actes de brigandages du départ (Deja vu ?).

 

La planification est un aspect essentiel de toute action psychologique.

La première étape à toute action psychologique est la recherche de renseignement. Celle-ci peut se faire grâce à des techniques de recherche de marché (sondage d’opinion, etc.), entrevue, interrogatoire ou de l’analyse de contenus de documents. Ces techniques peuvent provenir de sources d’information variées : des renseignements humains (prisonniers, civil ennemi ou allié, réfugiés), de renseignements électroniques (écoute électronique, interception de données informatiques, vidéos🙂, des documents capturés, des experts ou par une revue de littérature (rapport de renseignement, périodique/livres, propagande ennemie, média de masse, études spéciales).

La recherche de renseignement vise à :  définir les audiences clefs dans une population, évaluer les attitudes et les motivations des gens, analyser les vulnérabilités d’audience spécifiques et déterminer le meilleur moyen d’atteindre ses objectifs.

La deuxième étape d’une propagande consiste à choisir le contenu du message, les moyens de communications et les techniques utilisées en fonction des objectifs, de la situation et de l’audience ciblée. Il est important que le contenu du message soit cohérent avec ce que les gens croient. La troisième étape consiste à planifier la logistique nécessaire et à transmettre la propagande.

 

Les facteurs de persuasion sont les mêmes qu’en publicité : la source doit être crédible, prestigieuse et/ou similaire à la cible, le contenu dépend des objectifs, mais il doit être semblable aux attitudes de la cible , de façon générale, les masses médias sont plus efficaces et l’audience cible doit être celui ayant les attitudes les moins prononcées

Pour pouvoir faire une désinformation, il faut tout d’abord que les renseignements obtenus démontrent que les cibles sont susceptibles a être affectée par une désinformation. Cette susceptibilité provient de : une cible apte à être déformée, un état d’esprit dans la population ou chez les dirigeants tel qu’il acceptera la désinformation comme légitime, une désinformation qui doit correspondre avec leur préconception de la réalité ou leur mode, avoir des canaux de désinformation crédible et bien établis et la cible doit être convaincue que le désinformateur ne peut pas l’atteindre.

 

Conclusion:

 

L’action psychologique reste une alternative pour les états tentants de s’imposer en relation internationale ou locale que ce soit par l’utilisation de propagande, par la désinformation ou par des mesures actives. L’arrivée de l’informatique offre énormément de nouvelle possibilité aux actions psychologiques. En partant avec la prémisse que l’information est devenue une source de puissance et que nous sommes devenus tout à fait dépendant des systèmes informatiques, une nouvelle façon de faire la guerre, l’infoguerre est née. Il s’agit de toutes formes d’actions prises pour avoir une supériorité informationnelle soit en affectant les informations adverses, les processus basés sur l’information ou les systèmes informatiques. La mesure active primaire est le piratage informatique qui peut être utilisé à des fins de sabotage, de criminalité ou de recherche d’informations confidentielles. De plus, parce que les gens croient qu’un ordinateur est un outil ne pouvant pas se tromper, l’autoroute de l’information devient un excellent lieu pour faire une désinformation afin de briser la réputation d’un individu en modifiant certains dossiers confidentiels peu protégés (crédit, dossier judiciaire, historique etc.). Mais il est aussi une ligne de défense contre ceux-ci en laissant à tous une possibilité de s’exprimer.

 

« Les gens se laissent facilement manipuler. La religion est le moyen le plus efficace pour ça… et les médias n’aident pas ! » Michael Moore. 

 

Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s