Pourquoi j’ai décidé de voter CPR

A exactement une semaine du premier scrutin libre et démocratique de l’Histoire de la Tunisie mais aussi du monde Arabe, mon choix est définitivement fait : Je vote le Congrès pour la République.

Pourquoi ?

D’abord, parce que le CPR regorge de jeunes militants dont plusieurs sont devenus de très grands amis et que j’avais connus au tout début des évènements sur Facebook mais aussi et surtout sur le terrain. Les jeunes du CPR ont été présents chaque fois que la Tunisie a eu besoin d’eux sur les 10 derniers mois. Ils étaient parmi mes rares contacts Facebook à faire circuler l’info en décembre quand une grande majorité avait peur. Ils étaient dans les rues quand personne n’y croyait encore. Ils étaient bien sur sur terrain le 14 janvier à la première heure. Mais ils étaient surtout dans la rue après le 14 janvier, à la Kasbah 1, 2 et la tentative de la Kasbah 3, quand la justice coinçait (et elle coince toujours), quand les membres du G8 se réunissaient à Deauville pour tenter de décider de l’avenir économique de notre pays, quand les blessés de la Révolution, des mois après le 14 janvier, succombaient sous le coup de leurs blessures (et ils succombent encore). Ils étaient là, au Bardo, à manifester pour l’exclusion du RCD lors de la tenue de la Réunion de la Haute Instance pour voter l’Article 15. Les jeunes militants du CPR sont aussi les meilleurs reporters citoyens que je n’ai jamais connus. Caméra à la main (ou téléphone quand les caméras n’étaient pas permises), ils étaient parmi les premiers à rendre visite aux familles des martyrs pour transmettre leur souffrance et traduire leurs attentes et leurs espoirs, ils ont été chez Rajhi après ses révélations, ils ont été au Tribunal pour le procès de Samir Feriani mais aussi pour le procès des Mabrouk mettant le doigt sur cette famille qui échappe encore à la justice. Ils ont infiltré tous les meetings des partis RCDistes pour transmettre leurs pratiques honteuses et leurs propos scandaleux. Ils ont infiltré les manifestations contre-révolutionnaires (à mon sens) pour transmettre l’esprit qui y régnait. Ils le faisaient loin des honneurs et des projecteurs, avec pour seul souci : transmettre la réalité du terrain quand les médias peinaient à le faire ou qu’ils s’abstenaient de le faire…

Oui les jeunes du CPR n’étaient pas les seuls, il y avait aussi les jeunes du PCOT et de Ennahdha et des indépendants comme Tarak Kahlaoui, Fathi Chamkhi, Mokhtar Yahyaoui, Abdennaceur Laouini… Malheureusement, je n’ai qu’une seule voix…

J’ai donc décidé de voter CPR tout d’abord pour sa jeunesse.

Ensuite, j’ai décidé de voter CPR pour ses grands militants. Manquant de culture politique au tout début des évènements et avide de connaître la Vraie Histoire de mon pays, j’ai beaucoup fouillé dans les archives. J’ai alors découvert Moncef Marzouki mais aussi Mohamed Abbou, son épouse Samia Abbou, Abderraouf Ayadi. J’ai aussi découvert leurs excellents rapports avec des Hommes pour qui je voue un infini respect comme (au risque de me répéter) Tarak Kahlaoui et Abdennaceur Laouini. Je me rappelle cette vidéo de Moncef Marzouki, sur son lit d’hôpital à exiger le départ immédiat de Ben Ali. Je me rappelle sa vidéo nous appelant à la désobéissance civile, concept que je ne connaissais pas encore en décembre car oui j’étais politiquement inculte (peut-être même que je le suis encore aujourd’hui). Et puis, au risque de paraître ridicule, et n’ayant quitté les manifestations et la rue que le 15 Août, j’avais inconsciemment fait de Mohamed Abbou un repère. Etant donné la multitude de manifestations et de Sit-in organisées ces derniers mois, il m’arrivait d’avoir par moment peur d’être manipulée et puis j’apercevais Mohamed Abbou en première ligne et j’étais rassurée.

Je sais que les militants du CPR ne sont pas les seuls, qu’il y a aussi le Grand Hamma Hammami, Radhia Nasraoui, Sihem Ben Sedrine, Samir Dilou, Noureddine Bhiri, mais je n’ai malheureusement qu’une seule voix…

J’ai décidé donc de voter CPR aussi pour l’Histoire et le combat de ses militants.

Puis, j’ai décidé de voter CPR pour la tolérance et la profondeur de ses sympathisants. Quand beaucoup d’autres partis et mouvements se sont adonnés à une guerre farouche contre les islamistes, faisant de l’identité nationale et de l’article Premier de la constitution leur principal débat, les sympathisants du CPR étaient beaucoup plus portés sur les questions de justice sociale, de corruption, d’ingérence, de souveraineté. Puis, il y a eu cette rumeur concernant l’alliance avec Ennahdha et j’observais les sympathisants du CPR en train de la combattre toujours dans la mesure et dans le respect. J’aime observer les sympathisants du CPR discuter et défendre leurs idées dans le calme et la retenue. J’aime leur assurance et leur optimisme. J’aime leur ouverture au dialogue. J’aime leur sens de l’écoute. J’aime quand je vois qu’ils ne sont ni dans le rejet des communistes ni dans le rejet des islamistes. D’ailleurs, ayant des amis très chers dans les deux partis (PCOT et Ennahdha), j’apprécie énormément le respect mutuel entre les jeunes des trois partis. J’aime aussi voir comment les sympathisants du CPR ne sont pas aveuglés par leur parti poussant ainsi (en pleine campagne électorale) des listes indépendantes au devant de la scène et vantant leurs compétences et leur intégrité. J’aime cette solidarité.

J’ai donc décidé de voter CPR pour la grandeur et l’humanisme de ses sympathisants.

Enfin, j’ai décidé de voter CPR pour son programme. Oui, parce que les axes, les valeurs et les réformes pour lesquels je compte donner ma voix sont d’une importance cruciale.

« Le CPR considère qu’il faut insister sur la réaffirmation de l’identité arabo-musulmane du peuple tunisien qui demeure ouverte sur les autres civilisations » et l’explique…

« Le CPR appelle à protéger les libertés individuelles et collectives et à les considérer dans leur intégralité. » et l’explique…

« Le CPR recommande de considérer la torture comme un crime imprescriptible contre l’humanité » et affirme que « c’est la justice indépendante, et non pas l’administration, qui est garante des libertés »

Le CPR est pour un régime mixte, « régime politique dans lequel les différents pouvoirs sont équilibrés » et l’explique…

« Le CPR considère qu’il est fondamental de procéder d’urgence à la réforme du système judiciaire » et l’explique…

Le CPR affirme que « la politique de sécurité intérieure doit reposer sur l’équilibre entre, d’un côté le maintien de l’ordre et de la sécurité et, de l’autre côté de la garantie et de la protection des droits de l’homme. » et l’explique…

Le CPR a pensé à la politique de défense nationale et l’explique…

Le CPR prône une économie pragmatique où « l’Etat joue le rôle de régulateur et de garant de la souveraineté nationale, d’instaurateur de l’équité sociale et de protecteur de l’environnement. » et l’explique…

Le CPR n’a pas omis de réfléchir à la question de la dette odieuse.

Le CPR est conscient du problème des statistiques.

« Le CPR appelle aussi à réexaminer les grands contrats passés ces deux dernières décennies. »

Le CPR parle de consolider les partenariats avec les pays émergents, développer et promouvoir les échanges avec les pays maghrébins, arabes et africains, développer l’agriculture et renforcer les PME et pousser à leur spécialisation.

Le CPR prône l’innovation dans le domaine touristique et reconnaît la défaillance structurelle de ce secteur.

Le CPR appelle à constitutionnaliser le recours à la dette extérieure.

Le CPR appelle à la conception d’une « Charte Sociale Nationale » et l’explique…

« Le CPR considère l’environnement comme une préoccupation majeure qui relève de la responsabilité de l’humanité tout entière au vu du réchauffement climatique, de la désertification croissante, de la rareté des eaux et de la réduction des espaces cultivables. » et l’explique…

Le CPR appelle à promouvoir la décentralisation et la consolidation de la démocratie locale et le renforcement de la participation citoyenne.

Et plus encore, et plus encore…

J’ai donc décidé de voter CPR pour son programme, parce qu’il est porteur du projet de société dont je rêve. Idéal et irréalisable me diront certains, peut-être, mais moi j’ai appris à rêver car :

« Lorsqu’on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve alors que lorsqu’on rêve à plusieurs c’est déjà une réalité.

L’utopie partagée, c’est le ressort de l’Histoire. » [Elder Camara]

J’ai décidé de voter CPR parce que j’ai, avant de décider, longtemps cherché ailleurs… Je ne dirai pas que j’ai perdu mon temps parce que ma quête m’a beaucoup appris, mais je sais aujourd’hui qu’avant même d’entamer ma quête, j’avais déjà trouvé… Comme le disait Jean Cocteau «Trouver d’abord, chercher après »

Je profite de cet article pour saluer et souhaiter bonne chance à tous mes amis du POCT, de Ettakatol, de Ennahdha, de l’UPR et aux listes indépendantes :

« Ila el Amam » avec Abdennaceur Laouini en tête de liste (Sfax 1)

« LIPS » avec Mohamed Balghouthi en tête de liste (France 2)

« Sawt Echabbeb » avec Tarek Kahlaoui en tête de liste (Ben Arous)

« El Moussawét » avec Mokhtar Yahyaoui en tête de liste (Tunis 1)

« Iradatou icha3b » avec Mohamed Fadhel en tête de liste (Sidibouzid)

« El Jalaa » avec Riadh Guerfali en tête de liste (Bizerte)

Je tiens également à rendre hommage à Mouna Ben Hlima et à son militantisme citoyen intègre et désintéressé à travers son association « Le Bus Citoyen », au bloggueur et grand penseur Azyz Amami qui m’a incitée à voter quand je n’y croyais plus, à ma co-équipière et grande amie Henda Chenaoui plus connue sous le pseudo « Henda Hendoud » pour son combat pour un journalisme libre et indépendant, à mes amis si chers (dans la sphère réelle ou virtuelle) dont le patriotisme, les combats et la tolérance malgré la différence et la divergence font aujourd’hui ma fierté à savoir Samia Touati, Aly Ben Jalloul, Soukaina Jomni, Kais Hadded, Anis Guiga, Nacef Bennour, Selim Thabti, Ala Zaatour, Riadh El Hammi, Zied Kanoun, Mohamed Amine Ouni, Ziad Miled, Amine Rkik, Hachem Wachem, Tik Tak, Ptite Souris, Tarak Jba, Sonia Ben Rhayem, Firas Sghari, Hamza Bouhela, Hassen, Ahmed, Jasser…

A ma Zincou Chérie, Dora Bacha, pour son humanisme hors pair.

A tous ceux qui se reconnaîtront et que je n’ai pas cités par discrétion ou par oubli…

Et à tous les hommes et toutes les femmes qui nourrissent le rêve d’une Tunisie meilleure.

Une Tunisie digne, libre et souveraine, aujourd’hui j’y crois plus que jamais ! Pourvu que l’optimisme dure !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s