Constituante : Après la Révolution 2.0, la liste indépendante 2.0

 

S’il y a un slogan sur lequel pourraient se mettre d’accord à la fois les révolutionnaires et les contre-révolutionnaires de l’indomptable Tunisie de l’an 2011, ça serait bien « Facebook mon ami, mon bourreau ». Car sur Facebook, il y a les pages officielles des partis, les pages officielles anti-partis, les pages révolutionnaires, les pages contre les pages révolutionnaires, les pages modernistes, les pages contre les pages modernistes, les pages islamistes, les pages contre les pages islamistes, les pages vendues, les pages contre les pages vendues, les pages des personnages publics, les pages contre tel ou tel personnages public… Et puis sur Facebook, il y a aussi la page du PVT, cette page créée par des jeunes tunisiens qui ne se reconnaissaient dans aucune page. Des jeunes tunisiens qui ne se reconnaissaient dans aucun parti non plus. Alors ils ont créé le Parti Virtuel Tunisien. Comme son nom l’indique, le PVT est un parti virtuel, il n’a donc aucune existence matérielle ni juridique. Le PVT n’existait jusque là qu’à travers sa page Facebook.

Puis un soir, sympathisants actifs du PVT, un peu (beaucoup) déçus par ce sentiment de vide de tout ce qui les entoure, un soir où, entre rêves et désillusions, l’esprit s’enivre et vascille, une idée surgit : Et si le virtuel prenait forme ? Pourquoi pas une liste indépendante du Parti Virtuel Tunisien ?

La liste indépendante du Parti Virtuel Tunisien vient de voir le jour en ce mercredi 7 septembre 2011. Sa naissance m’est annoncée par le biais de ce message :

Nous publions là la contribution de cinq jeunes sympathisants du PVT résidant un peu partout dans le monde (ils le font via notre page parce qu’ils ne veulent pas dévoiler leurs noms):

« Nous sommes cinq jeunes Tunisiens et Tunisiennes qui avons suivi corps et âmes les évènements en Tunisie depuis le 17 Décembre dernier.
Ayant cru en les revendications de tous les tunisiens qui se sont soulevés, nous avons chacun de son coté essayé de contribuer via la participation aux manifestations en Tunisie et à l’étranger, le contact des médias en France et au Canada, la dénonciation par tous les moyens de l’oppression et avons jubilé ce fameux 14 Janvier quand « l’arraché » n’était plus!
Nous nous sommes tout de suite retournés vers les différents partis pour canaliser les énergies et essayer d’apporter notre pierre à la batisse via des structures organisées et ayant une petite idée sur l’activité politique.
Notre phase d’observation a été longue car l’évolution des données en Tunisie ( Kasba1, Kasba2, Kobba…) faisait changer la donne quasiment toutes les deux semaines.
Une fois que le pays s’est « stabilisé », nous avons réalisé une évolution assez inquiétante: Le gourou islamiste a fait apparution et n’a cessé de gagner du terrain, les RCDistes déclarés ont eu des visas pour des partis politiques et annonçaient ouvertement leur ambition de retrouver le pouvoir (s’ils l’ont jamais perdu, vu notre président actuel) et ce, dans le mutisme le plus désespérant des différents « grands partis » de la place. (Grands car l’injection fulgurante de flux financiers, plus ou moins douteux, nous a engendré de grosses machines de guerre comme le PDP, le FDTL, l’UPL…)
Quand l’argent s’est mis à parler, il fallait faire ses jeux car rien n’allait plus: Les revendications de la révolution ont été triées, tout le monde nous parlait d’économie, d’ouverture, de reconstruction, de réconciliation (??!!??!!)…
Nous constations avec une boule au ventre que depuis que l’enjeu électoral a été mis au centre de toutes les actions, nous nous sommes petit à petit éloignés de certaines causes que nous jugeons essentielles (assainissement des ministères de l’intérieur et de la justice, revue fiscale des capitaux douteux, gel et rapatriment des avoirs de « la famille »… ). En effet, nous pensons qu’on ne peut bâtir sans assainir, et croyons qu’on doit afficher clairement la nécessité d’inhiber politiquement ceux qui nous ont empêché de batir une vraie pluralité et une démocratie réelle ces 60 dernières années (qu’on dise les choses: ce n’était pas mieux sous Bourguiba).
Pour être clairs; nous ne pouvons supposer qu’un parti mettra en place des mesures s’il ne les annonce pas dès aujourd’hui, donc ce qui n’est pas dit n’engage à rien celui qui ne le dit pas.
Nous avons étudié l’ensemble des programmes proposés et y avons trouvé beaucoup de mesures qui font office de « petite porte de sortie » et qui seront bénéfiques à certains (peut être aux financiers de ces partis, qui sait).
En gros, nous ne nous retrouvons nulle part et attendons désespérément qu’un parti ou une liste et au vu de ce qui se passe actuellement et la course à la médiocrité que se sont lancés les partis, nous ne sommes vraiment pas rassurés pour la suite.

Voilà pourquoi, nous avons décidé de proposer la liste indépendante L’ULTIME RECOURS pour la circonscription France1 et ce pour que nous puissions, si jamais nous ne trouvons pas notre bonheur (même à 80%) d’ici le 23 Octobre, voter pour les personnes dont nous sommes surs des valeurs et principes, c’est à dire nous mêmes.
Nous ne participerons pas au retour de l’oppression, nous ne capitulerons pas avec les sbires de Ben Ali et ses reliquats, nous ne voterons pas « utile » comme y appellent certains! Cette fois, ce ne sera pas le moins pire mais le meilleur ( loin de nous l’idée de l’être, mais nous pensons que ce sera un peu plus marquant qu’un vote blanc).

PS: Cette action ne comporte aucune ambition politique, nous ne sommes même pas surs de voter pour nous mêmes. C’est juste une « roue de secours » que nous nous donnons pour dormir la conscience tranquille le 23 au soir.
Nous espérons vraiment que nos partis comprendront ce « cri de détresse » et sauront recadrer le tir d’ici l’échance. Il en va de notre avenir et de celui de notre progéniture.

Signé X »

Au PVT, nous comprenons que certains y voient une certaine passivité par rapport à l’enjeu, d’autres diront qu’il est dangereux d’avoir ce genre d’attitude quand le pays est dans une phase où toute la société peut muter suite aux actions de cette AC, nous pensons que le vote reste un acte individuel libre et comprenons l’action de ces cinq jeunes. D’ailleurs c’est un peu pour ça que nous avons créé le PVT: parce que nous ne trouvions personne d’assez bien à rejoindre (oui oui, nous avons le melon et nos chevilles sont aussi grosses que celles de Saida Agrebi, mais c’est comme ça)  

 

ULTIME RECOURS ou dernière désillusion ? L’avenir nous le dira…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s